La joie d'Être... En amour avec soi-même! (Partie 3)

Août 2014
 
 

Dans cette troisième partie...

Je te propose de pratiquer à demeurer observateur de tes émotions afin de pouvoir les maîtriser. Puis je fais le lien entre les émotions et les croyances qui leurs sont rattachées. Je termine en te proposant une façon simple de modifier les croyances qui te font souffrir.

Bonne lecture !

 


Passer en mode « observateur »

L’étape suivante est d’apprendre à gérer notre partie émotionnelle. Pour ce, il faut être le plus constamment possible en contact avec nos émotions. Par « rester en contact », je veux dire "rester témoin" afin de ne pas se laisser envahir par l’émotion elle-même. Car, lorsque nous sommes envahis par une émotion, nous ne sommes plus nous-mêmes. Les preuves sont là… Manger par émotion, acheter par émotion, se venger par émotion, etc. … Les médias savent bien comment cela fonctionne. Par exemple, on vous présente un nouveau modèle de voiture, roulant à toute vitesse, sur une route sinueuse et dépourvue d’autres automobiles. En visionnant cela, il remonte en vous une sensation/émotion de liberté. Ce n’est donc pas la voiture que vous désirez, mais bien le sentiment de liberté que cela pourrait vous apporter. Il faut donc être vigilant, conscient et vérifier si nous consommons par émotion ou par besoin véritable.

Le but de demeurer en contact avec notre partie émotionnelle est de pouvoir arriver à se maintenir comme « sur le neutre ». Je ne dis pas ici de se couper de ses émotions, mais bien de les expérimenter d’une façon à demeurer témoin ou observateur de celles-ci. Cela ne nous empêche aucunement de les exprimer, en mettant des mots sur ce que nous sommes en train d’expérimenter. Cette pratique nous aidera à nous détacher de notre partie souffrante, de prendre le temps de l’accepter, l’écouter et l’exprimer au besoin. Cette façon de faire, nous aide aussi à voir plus clair sur ce qui nous affecte, et ce, en devenant conscient de la croyance qui se cache derrière cette émotion.

Ainsi, lorsque nous sommes témoins d'une émotion qui brime notre joie d'Être, nous devons aller vérifier les pensées qui ont réveillé cette émotion. Ces pensées nourrissent une ou des croyances qui s’avèrent souvent fausses. (Elles sont fausses parce qu’elles nous font souffrir. Nous sommes des êtres d’amour et nous désirons tous vivre dans l’amour. Alors pourquoi souffrons-nous ? La souffrance est bien un signe que nous allons dans le sens « contraire » à l’amour.) Ainsi, notre monde émotionnel nous aide à prendre conscience de notre monde mental afin de nous permettre de "corriger notre tir" et mieux nous diriger vers l’amour.


Modifier les croyances qui nous font souffrir.

Pour changer une croyance, il faut tout d'abord accepter que nous ayons cru à celle-ci. (Cette phase est très importante car elle nous évite de plonger dans la culpabilité). Ensuite, nous décidons de ne plus croire à cette croyance. Nous la remercions, car c'est nous qui avons pris la décision (bien souvent inconsciente) d'y croire parce qu’elle nous a été utile au moment où nous avions décidé d’y croire. Puis nous corrigeons notre tir en modifiant cette fausse croyance par une nouvelle.

Certaines croyances seront plus difficiles à se défaire que d'autres, car plusieurs peuvent dater de bien longtemps. Ceci s'explique aussi par l’emprise de l'ego, qui lui, a peur de mourir. En effet, en lui enlevant une partie de ce qui constitue sa raison d'être, son fondement, il ne lâchera pas le morceau si facilement. À nous d'être vigilant en demeurant constamment en contact avec notre monde émotionnel et d’y voir à mesure que la blessure réapparait. Vous verrez qu’à mesure que votre présence/conscience s’installera sur vos blessures, celles-ci se dissiperont/guériront graduellement.

Enfin, pratiquer l’amour de soi, c’est apporter une attention particulière à soi-même afin de nous éviter des souffrances, car « Celui qui ne s’aime pas est comme un mendiant. Il quémande l’amour des autres. »


Nous répétons... jusqu’à ce que nous ayons appris notre leçon

À méditer : Considérant que, je suis le créateur de tout ce qui constitue ma propre vie, lorsque je recherche à vouloir être aimé, c'est que j'ai oublié de me donner de l’attention. « Je dois prendre conscience et toujours me rappeler que je suis déjà l'amour et que mon seul but est de le laisser s’émaner de tout mon être ». Je fais cela en acceptant ce qui se présente à moi et me laisse guider par la vie afin d’apprendre des créations que je m’apporte. Ainsi, j’apprends de mes expériences et deviens de plus en plus conscient de mon pouvoir créateur. Je corrige mon tir à mesure que se déroule ma vie et me dirige graduellement vers la « joie d’Être ».

Claude D’Astous - La joie d'Être

 Vous pouvez diffuser librement le contenu de cette chronique en ne modifiant aucune partie du texte, en citant le nom de l’auteur ainsi que le site Internet : www.claudedastous.com.

 

Reçois mes chroniques mensuelles directement dans ta boîte de courrier électronique en t'inscrivant à mon infolettre "La joie d'Être". C'est gratuit ! Pour t'abonner, clique ici.

 
Si tu désires être avisé à l'avance lorsque j'animerai une activité dans ta région, complète le formulaire de contact disponible en cliquant ici.
 
 

Lire d'autres chroniques de Claude D'Astous